Каталог :: Предпринимательство

Контрольная: Анализ результатов деятельности французского предприятия LUMET

     Cas Lumet
Le but est d’analyser les performances d’une entreprise LUMET qui produit les
systemes d’eclairage. LUMET a decidé d’uvrir une filiale pour elargir sa
clientele en developpant l’activite sur le marche de l’Europe du Nord ce qui
permet d’eviter la concurrence des firmes italiennes agissant au Sud de
l’Europe.
Les performances peuvent être envisagées du point de vue
d’éfficacité, c’est-à-dire comment la
société atteint les objectifs posés. On a vu que les
chiffres d’affaires ont augmentés ce qui signifie que le but de
croissance du marché a été atteint au moins dans cette
période. Donc on peu considérer cette société comme
performante du point de vue d’efficacité.
Les performances dépendent aussi du contrôle de l’activité
des filiales. Dans ce cas le contrôle direct n’est pas efficace. Alors la
direction générale doit chercher des autres possibilités
du contrôle; par exemple; introduire une personne dans la filiale. On
peut aussi améliorer les performances en stimulant les directeurs par la
possibilité de devenir président pour qu’ils soient plus
efficaces.
La mesure des performances peut s’effectuer à partir des indicateurs, qui
sont presentés par les directeurs des filiales. En comparant les
donnéed e deux années on peut faire des conclusions suivantes:
les indicateurs montrent que le rendement des capitaux investis est beaucoup
plus faible dans la deuxième usine. Or ce n’est pas la cons”quence de
l’inéfficacité de la production, mais de fait que cette
entreprise est nouvelle. De plus la profitabilité (résultat/CA)
de la nouvelle entreprise est plus élevée que de Montpellieret
accroît au cours de la période donnée. L’activité de
l’usine de Metz est caracterisée par l’utilisation basse de la
capacité. C’est négatif du point de vue de la couverture des
coûts fixes! Le moment positif concerne la possibilité future
d’élargissement de l’activité en conquérant des parts du
marché supplementaires.
A partir de cette information la direction générale ne peut juger
les actions des directeurs que superficiellement. On peut la conseiller
d’augmenter la périodicité des compte rendus ( cela
n’impliquerait pas des coûts supplementaires), d’accroitre le nombre des
indicateurs pour l’analyse plus detaillée et d’exiger des directeurs
l’information concernant leurs decisions prises.